La vie du village Vivre ensemble L'histoire Les 2 Guerres Photos Communication

La Ferme St-Victor

 

Accueil
Remonter

De la Carrière à la Ferme et de la Ferme au Centre Équestre


Nous nous sommes longtemps interrogés sur l'origine de ce lieu qui est sans conteste l'un des plus fréquentés d'AUTRECHES, l'un de ceux qui sont le plus connus à la ronde.


Devait-on faire remonter son établissement au début du second millénaire, période de défrichement de nos plateaux et de fondation de toutes les grandes fermes de plaine ?


Sa situation sur la crête, sa configuration, les fortifications qu'on lui voyait encore en 1914, font penser aux fermes fortifiées du XIV ème siècle que l'Abbaye SAINT-MÉDARD de Soissons possédait aux environs (MOUFFLAYE à Saint Christophe ; TOUVENT à Moulin ; FORENT à Morses ).


Pourtant elle ne figure sur aucune carte ancienne et aucun document n'en fait état jusqu'à cette date récente....


Et pour cause, car la ferme n'a été édifiée qu'au siècle dernier , à l'emplacement d'un moulin à vent . Nous sommes désormais en mesure d'en préciser la date .
Nos carrières ont commencé à être exploitées depuis la nuit des temps, mais à très petite échelle et pour les besoins locaux compte tenu des énormes difficultés de déplacement dès blocs .

Vint la révolution des transports, l'amélioration dès routes, la canalisation dès rivières, le chemin de fer enfin . L'élément décisif pour nos carrières fût la canalisation de l'Aisne, les Ports de Vic et d'Attichy furent équipés et la pierre partit pour les villes COMPIEGNE, PARIS ...

Sentant tout le parti que l'on pouvait tirer de l' apparition de nouveaux débouchés, François FONTAINE, né en 1820 à DRESLINCOURT (près de Ribécourt) s'installe en 1851 dans la carrière qui portait déjà le nom de SAINT-VICTOR (corde l'église d'Autrêches) et entreprend de l'exploiter par les méthodes modernes.

L'exploitation est menée tambour battant et la construction autour de l'entrée de la carrière, de bâtiments à l'aspect féodal commence.

Cinq ans plus tard la construction est presque achevée et la "Ferme" est celle que nos anciens se souviennent avoir vu . Trois domestiques y résident avec François FONTAINE.


François FONTAINE prend alors pour femme, une jeune fille d'AUTRECHES, âgée de 18 ans, Amélie Félicité LEFEVRE, de 19 ans sa cadette . Deux petites filles ne tardent pas à venir à leur foyer.


Les affaires de FONTAINE continuent de se développer, il va jusqu'à fournir des pierres pour la construction de la gare du NORD à PARIS. Il fait travailler un certain nombre d'hommes de la commune pas seulement comme carriers d'ailleurs puisqu'il ajoute une activité de cultivateur à son activité principale . Il loge à la ferme , un contremaître de culture , deux charretiers et un palefrenier en 1866.
Vingt ans s'écoulent encore, François FONTAINE est remplacé à la carrière par son gendre Gustave COLLIGNON, Maître carrier, né en 1847 dans la Meuse, tandis que sa veuve et la mère de celle-ci , Elisabeth AMORY, Veuve PREVOST (malgré ses 71 ans) s'occupent plus particulièrement de la ferme .
En 1891 le personnel de culture n'a jamais été si nombreux :
4 charretiers, 1 berger, 2 bouviers et 1 valet de cour sont logés à la ferme.
Peu après, Gustave COLLIGNON, est élu Maire d'AUTRECHES, il le demeure une douzaine d'années.

Au début du siècle il quitte SAINT-VICTOR pour aller se fixer rue de la mairie à AUTRECHES . Gustave PAMART , né en 1866 à Saint-Christophe, le remplace à SAINT VICTOR où la guerre viendra le déloger .
Rasée, la Ferme fut reconstruite telle que nous la voyons aujourd'hui à quelque distance des bâtiments primitifs dont les fondations furent visibles dans les champs jusqu'à ces dernières années.


Après avoir été utilisée avant la dernière guerre comme lieu de relégation, la Ferme est devenue la propriété de nos amis de l'HERMITAGE qui, s'ils ne s'y livrent plus à la culture ou à l'extraction de la pierre, ont su donner à ce lieu une destination récréative et curative.

 
Envoyez un courrier électronique à autreches@free.fr pour toute question ou remarque concernant ce site Web.
Attention : Les textes et images de ce site ne sont pas libres de droit. Toute copie est interdite. Copyright © 2004-2010 Autreches
Dernière mise à jour le 27 mai 2011.