La vie du village Vivre ensemble L'histoire Les 2 Guerres Photos Communication

les Mairies

 

Accueil
Remonter

AUTRECHES et ses MAIRIES SUCCESSIVES


Avec l'aménagement de la nouvelle mairie en 1983, nos édiles ont transféré très naturellement le lieu de leurs délibérations .


Ce changement de localisation n'est pas le premier à AUTRECHES et la circonstance semble toute indiquée pour remonter le temps et parler des différents endroits où se sont successivement tenues les assemblées municipales .

a) Avant la Révolution
Les affaires communales se traitaient alors dans des assemblées composées des habitants de la paroisse . Elles se tenaient à l'issue de la messe ou des vêpres devant la porte de l'église (ou dans l'église en cas de mauvais temps). Le Syndic, tout comme le maire aujourd'hui convoquait l'assemblée et la présidait. Par contre il n'avait pas la qualité de magistrat et ne pouvait prendre d'arrêté . Chaque habitant avait la possibilité de prendre part aux débats comme aux votes. (on sait qu' aujourd'hui ces prérogatives sont réservées aux seuls Conseillers, mais que tout un chacun peut assister aux séances du Conseil Municipal).

b) De la Révolution à 1914
C'est un édit royal de juin 1787 qui mit fin à ce système et mit en place une représentation communale préfigurant l'organisation actuelle . En dehors du Seigneur et du Curé -membres de droit- tous les autres membres étaient élus par ceux des habitants payant au moins dix livres d'impôt .

Les premières élections municipales d'AUTRECHES eurent lieu l'année suivante on 1788 . Nous pensons que le précédent syndic Pierre QUEQUET , Cultivateur du TIOLET, fût choisi (Les Fermiers du Tiolet étant des notables ; un certain nombre furent inhumés à l'intérieur de l'église).

Ce Pierre QUEQUET peut donc en quelque sorte être considéré comme ayant été le 1er maire élu d'AUTRECHES . Il exerça au total 14 ans les fonctions de Syndic et mourût le 19 Mars 1791 à 76 ans et 7 mois précise le registre .
Nous avons toute raison de penser que l'édifice dont la reproduction se trouve en première page et qui était la mairie-école d'Autrêches jusqu'en 1914 assurait ces fonctions depuis la Révolution.

Cet édifice se trouvait , place de l'Église et était contigu à l'actuel café. Il comprenait outre la salle de classe, la salle de mairie, le logement du maître d'école ; un escalier monumental reliait le rez-de-chaussée au 1er étage .

c) La vie dans les ruines (1918-1928)

La guerre a à ce point éprouvé AUTRECHES qu'il n'est resté pierre sur pierre de la mairie . Aujourd'hui le sol goudronné et les arceaux ne laissent pas soupçonner qu'à cet endroit vide se trouvait le centre de la vie communale .
Une mairie provisoire fut édifiée en 1918 dans des baraquements , non pas à AUTRECHES, mais à CHEVILLECOURT sur l'emplacement des préaux de l'actuelle école .

d) De la reconstruction de la Mairie à sa désaffection (1928-1983)


Ce baraquement servit de mairie pendant 10 ans ...
Le projet de reconstruction buta sur le choix d'un emplacement et divisa profondément les esprits . Les projets se succédèrent .
On pensa tout d'abord à reconstruire la mairie sur le terrain sur lequel était édifiée avant guerre la maison LEPIERRE. Ce terrain en contrebas de l'église se trouve bordé par les rues Train et de la Horse .
Il avait contre lui d'être trop accidenté et en terrasse, sans parler de l'opposition des habitants de Chevillecourt .
En 1922, on pensa de manière à faire plaisir à tout le monde (en arrangeant personne) à un lieu qui serait équidistant d'Autrêches, Chevillecourt et Hautebraye . Ce lieu se trouvait en plein champs au lieu dit "LA FOLIE" . L'inconvénient de cette Folie était que le terrain était littéralement bouleversé. Le résultat des sondages effectués aboutit au classement du projet .

Un an plus tard, ce fût la reconstruction sur l'emplacement d'avant guerre qui fut envisagé . L'opposition catégorique des
habitants de Chevillecourt fit avorter le projet .
Le dernier projet fût le bon.

En dépit de l'opposition farouche des habitants
d'AUTRECHES, le projet définitif fût adopté en 1926 par la majorité du Conseil .

Le terrain retenu était un terrain de culture (pas de travaux de déblaiement donc) , l'absence de dénivellation l'avait fait choisir car ceci permettait de ce fait une économie de 60. 000 F sur un devis de 367. 308 F.

Le financement fut assuré par les dommages de guerre . L'entreprise REBAIS de Compiègne emporta le marché , Les matériaux vinrent de PONT l'EVEQUE pour la brique, de VASSENS pour la pierre . Les travaux commencèrent en octobre 1927 pour se terminer en juillet 1928 et furent l'oeuvre d'une quinzaine d'ouvriers originaires d'AUTRECHES pour la plupart.

L'inauguration eut lieu le 11 Novembre 1928 par le Maire de l'époque, M. NOCQ , en présence des autorités locales dont le Préfet de l'Oise et l'Inspecteur d'Académie.


Au bout de 55 ans de bons et loyaux services, la Mairie a traversé la rue et l'histoire s'arrête pour faire place à l'actualité et le passé au présent .

 
Envoyez un courrier électronique à autreches@free.fr pour toute question ou remarque concernant ce site Web.
Attention : Les textes et images de ce site ne sont pas libres de droit. Toute copie est interdite. Copyright © 2004-2010 Autreches
Dernière mise à jour le 27 mai 2011.